Dysthyroïdies et infection à SARS-Cov2

Dysthyroïdies et infection à SARS-Cov2

 

L'ETA (European Thyroid Association) a publié une mise au point sur le risque de dysthyroïdies associées à une infection au SARS-Cov2. 

Vous retrouverez l'intégralité de celle-ci directement sur le site de l'ETA

Cette mise au point s'appuie essentiellement sur une large étude cas-contrôle danoise portant sur 2 428 687 patients. Aucun sur risque de développer une infection à SARS-Cov2 n'est retrouvé chez les patients traités pour une hyper ou une hypothyroïdie. 

De plus, parmi les patients infectés, aucune association n'est retrouvée entre une dysthyroïdie traitée et la mortalité à 30 jours, le risque d'hospitalisation, l'admission en réanimation ou la nécessité d'une ventilation mécanique ou d'une dialyse. 

Plus de détail dans l'étude de Brix et al. paru dans le Lancet Diabetes Endocrinology. 

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plus

Fermer